• Mundo Lab
Mundo j

actualités

Entretien avec CEO et foodwatch : Stop aux accords de parrainage du Conseil de l'UE !

Stop aux accords de parrainage du Conseil de l'UE !

Début mars, Corporate Europe Observatory, foodwatch et Climáximo, une organisation militante portugaise, ont lancé une campagne en ligne afin de faire pression sur la présidence portugaise et les ambassadeurs des États membres pour qu'ils mettent enfin un terme aux accords entre les gouvernements et les grandes entreprises pendant les six mois de présidence tournante de l'UE.

Pour soutenir la campagne, signez ici.

Pouvez-vous expliquer cette campagne ? 

Vicky (CEO) : Tous les six mois, un État membre de l'UE prend le rôle de la présidence du Conseil de l'UE. Il s'agit d'un rôle important : il peut décider quels projets de loi le Conseil va examiner en priorité et de faire des propositions à leur sujet, ainsi que représenter tous les autres États membres dans les négociations avec les autres institutions européennes. 
Mais presque toutes les présidences récentes (à l'exception de celle du gouvernement allemand, de juillet à décembre 2020) ont accepté le parrainage d'entreprises nationales ou multinationales pour leur présidence. Ce sponsoring peut porter sur des biens ou des services en nature (fourniture d'un service de restauration lors de réunions ou d'événements, de véhicules pour transporter les ministres et les fonctionnaires à des réunions à l'intérieur du pays, etc.) ou prendre la forme de paiements en espèces.

Suzy (foodwatch) : Lorsque la présidence roumaine a été parrainée par Coca-Cola en 2019, foodwatch a déposé une plainte auprès du médiateur européen qui a convenu que ces accords provoquaient des "risques de réputation" pour l'UE et que des lignes directrices devaient être mises en place.
Depuis lors, les États membres de l'UE au sein du Conseil ont discuté d'un ensemble de lignes directrices visant à réglementer le parrainage d'entreprise.
Toutefois, ces lignes directrices sont très faibles et n'interdisent pas la pratique, mais exigent simplement une plus grande transparence. Selon cet article, un certain nombre d'États membres sont même contre.  
Maintenant que la présidence portugaise du Conseil a accepté le parrainage lui-même, attirant de nouvelles critiques sur cette pratique, il est temps de prendre position. 

Que doit-il se passer ? 

Vicky : C'est le plus facile !
Les États membres de l'UE devraient se mettre d'accord pour interdire tout parrainage par des entreprises des futures présidences du Conseil. Le gouvernement allemand a choisi de ne pas signer de tels accords douteux - cela doit maintenant devenir la norme.

Suzy : Nous continuerons à faire pression jusqu'à ce que ces accords cessent.
Notre campagne a jusqu'à présent permis de remettre la question sur la table et elle sera discutée le 30 mars au sein du groupe de travail du Conseil. Mais des lignes directrices faibles qui permettent encore ces accords ne sont pas suffisantes.

Soutenez notre campagne et envoyez un message clair aux décideurs : non à tout accord de sponsoring à l'avenir !
 
partager
facebook twitter mail